Révolution française : l'évolution de la politique de gauche et de droite

Le 23 avril est une date marquante de l'histoire française où les populations se rendent aux urnes pour le premier tour des élections présidentielles. L'importance d'une telle élection pour la communauté européenne n'est plus à démontrer, étant donné que cette dernière se trouve à la croisée des chemins du point de vue de son système politique biaisé. Si certains reprochent à la France des désordres lors de ces élections, d'autres condamnent la non évidence de leurs différentes valeurs. Les détails dans cet article.

L'historique de la droite et de la gauche

Depuis la nuit des temps, la France se trouve au menu des polémiques à propos du « flou politique » marqué par la disparition plus ou moins de l’affrontement entre les idéologies de gauche et de droite. Pour en savoir plus, visitez ce site. Pour la petite histoire, l'Assemblée constituante nationale s'est réunie en 1789 pour décider de la possibilité, à l'air du nouveau régime politique français, pour le roi de disposer du droit de veto. Le cas échéant, s'il s'agirait d'un droit absolu ou simplement suspensif à une période donnée. Lors des votes, ceux qui étaient partants pour le droit de veto absolu s'étaient mis à la droite du chef de l'État et l'autre groupe très restreint était assis à sa gauche. C'est ce qui a donné à partir du 19ème siècle la naissance des partis politiques de la droite et ceux de la gauche.

Le choc de deux France

Durant la même période, les partisans d'une monarchie constitutionnelle et ceux d'une monarchie absolue se sont vus diviser par la gauche et la droite. Avec le temps, il y a eu une opposition entre les monarchistes et les républicains, puis entre ces derniers et les modernistes qui ont adopté des réformes sociales importantes de la Troisième République. Il s'agit notamment de la liberté syndicale, du droit syndical, du divorce et bien évidemment de la liberté de la presse. Pendant le 20ème siècle, le débat de gauche à droite va se tourner vers la division au sein des précurseurs du catholicisme et les partisans de la séparation de l’Église et de l’État .